Cultivation

Les mystérieuses origines des variétés de cannabis

Alla Malyezyk 23 janvier 2020 2 min.

Vous êtes-vous déjà demandé qui choisissait les noms des variétés de cannabis? Qui a eu l’idée de donner le nom « Kush Cookies » à sa récolte? Et qu’est-ce que ça signifie, au juste? On répond à toutes vos questions sur le sujet et vous apprendrez aussi au passage ce que sont les variétés traditionnelles et les programmes de sélection. Alors, sans plus tarder, voici tout ce que nous avons à vous apprendre en deux minutes sur les variétés de cannabis!

Le cannabis, c’est quoi?

Commençons par le commencement: Cannabis Sativa L. est l’espèce commune à toutes les plantes de cannabis que nous connaissons. Cette espèce se décline ensuite en deux sous-espèces, soit le cannabis sativa et le cannabis indica. Cette classification a un but bien précis : organiser le cannabis en fonction de ses caractéristiques physiques. L’indica produit des plants plus petits, dotés de feuilles plus larges, tandis que le sativa donne des plants plus hauts, munis de feuilles plus fines. Cette différence sur le plan physique est due à l’environnement dans lequel le cannabis est cultivé. Intensité lumineuse, types de sols, niveaux d’humidité… ce sont tous des facteurs qui influencent la croissance du cannabis et qui lui confèrent donc des caractéristiques distinctes. 

Le cannabis est une plante annuelle des plus polyvalentes; pas étonnant qu’elle fasse partie de la vie des humains depuis des siècles! Les archives indiquent que le cannabis était utilisé à diverses fins par le passé, notamment pour ses fibres, comme source de nourriture et pour un usage médicinal. La plante serait originaire de l’Asie centrale, et se serait ensuite répandue un peu partout sur la planète au fil du temps. Depuis sa découverte, nous avons su interagir de toutes sortes de façons avec la plante pour répondre à nos besoins.

Les cultivars traditionnels : laisser libre cours à la nature

Les variétés de cannabis qui sont cultivées naturellement, sans intervention humaine dans la sélection, sont appelées cultivars traditionnels. Ce sont en fait les variétés pures, les « ancêtres » de celles que nous connaissons aujourd’hui. Parmi ceux-ci, on retrouve le Hindu Kush, le Acapulco Gold et le Durban Poison (ça vous dit quelque chose?). Ces cultivars traditionnels ont subi une sélection naturelle année après année, et offrent un profil unique. En raison de leurs caractéristiques précises, ils ont été utilisés pour donner naissance aux variétés de cannabis que nous connaissons aujourd’hui.

Comme nous l’avons mentionné plus tôt, le cannabis est une plante qui s’adapte à son environnement, qui revêt des caractéristiques uniques et qui procure des effets distincts. On dit que certains cultivars auraient des effets calmants, et d’autres, des effets plus énergisants. Selon vous, comment les gens ont-ils réagi lorsqu’ils se sont rendu compte de ces différences? Eh bien, ils ont commencé à croiser les génétiques pour mieux contrôler et prédire les effets du cannabis. C’est ainsi que le concept de « variétés » a vu le jour.

Nouvelles variétés : des possibilités à l’infini

Le concept de « variétés » est apparu lorsque les cultivateurs ont décidé de recourir au procédé de sélection pour cultiver le cannabis. Les programmes de sélection qu’ils suivaient leur permettaient d’adopter une approche planifiée pour la culture de la plante. Le principe consiste à contrôler les caractéristiques particulières de la nouvelle plante. Le meilleur exemple est la modulation des taux de THC dans une plante de cannabis. Pendant des années, les cultivateurs ont tenté d’obtenir des plantes qui offraient les plus hauts taux de THC possible. Pour ce faire, ils ont croisé des variétés particulières, en laissant de côté les plantes à forte teneur en CBD. Et que se passe-t-il lorsqu’on croise différents types de plantes? On obtient une plante avec une nouvelle génétique : une nouvelle variété. Voilà ce qui explique en grande partie pourquoi la plupart des variétés de cannabis sur le marché sont plutôt ce qu’on appelle des « hybrides » :

Actuellement, il n'existe pas de sativas ou d'indicas purs sur le marché. Lorsqu'on reproduit du cannabis en modifiant sa lignée génétique, on ne peut pas prétendre qu'elle est pure. En réalité, nous décrivons plutôt le cannabis comme étant à dominance sativa ou l'inverse, en se basant sur l'apparence de la plante et de ses effets sur l'utilisateur.
Richard Zeliger,
Assistant de culture chez Greentone

Que dire des noms de variété?

Maintenant que vous savez comment créer une nouvelle génétique , vous voilà à l’étape la plus amusante : donner un nom funky à votre nouvelle variété. Nous comptons à ce jour quelques milliers de variétés. Certaines ont acquis leur réputation du fait de leurs effets, de leur goût et de leur apparence. Il n’existe pas de convention officielle pour nommer les variétés de cannabis. Souvent, la nouvelle génétique est nommée en fonction de son apparence (Purple Haze, White Widow), de ses arômes (Sour Banana Sherbet, Skunk), de ses effets (Trainwreck)… et même d’après son créateur (Neville Haze).

En raison de toutes ces déclinaisons, il devient un vrai casse-tête de classer toutes ces variétés. Tandis que l’avenir du cannabis sur le marché légal se dessine peu à peu, un nouveau système de classification sera nécessaire pour aider les consommateurs à choisir la variété qui répond le mieux à leurs besoins. Un nouveau processus de sélection, plus structuré, devra aussi être mis au point. En effet, comme le cannabis a été illégal pendant des siècles, vous ne serez pas surpris d’apprendre que la culture de la plante n’est pas régie par des programmes de sélection rigoureux et complets, comme c’est le cas pour les tomates et les pommes. Une normalisation des processus permettra aux consommateurs de savoir exactement ce qu’ils achètent et de faire des choix plus éclairés.